Jean Pierre PAILLARD

Nous sommes très heureux d’ouvrir ces pages aux peintres talentueux qui le souhaitent. Leur témoignage et leur soutien nous sont très précieux. Ils nous donnent l’énergie de continuer à développer nos activités.

Comme nous, ils s’expriment par la technique mixte, alternant les couches au médium gras et à l’émulsion, ou selon une technique plus classique au médium gras oléo-résineux. Ils sont la preuve vivante des possibilités offertes par ces produits.

Jean Pierre PAILLARD, d’origine bretonne, est né en 1949. Maître ouvrier OHQ, il suit parallèlement des cours du soir de dessin académique à l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes durant trois années. Depuis, il pratique la plupart des techniques graphiques : le crayon, le fusain, la sanguine, l’encre sépia et l’encre de Chine. Il s’exprime aussi par la couleur, autant par l’aquarelle que par la technique à l’huile.

Ses sujets sont extrêmement variés : portraits, paysages, peintures animalières, natures mortes ou œuvres allégoriques, entre autres inspirées par les légendes celtiques. La forêt de Brocéliande nourrit particulièrement son imaginaire. Il travaille aussi sur commande.

Appréciant les produits du Chevalet Blanc, il nous propose ici un paysage et nous expose sa manière de travailler.

Jean Pierre PAILLARD ,"La cascade des Anglais, à Vernet les Bains", Huile sur bois 80 x 60 cm
Jean Pierre PAILLARD , »La cascade des Anglais, à Vernet les Bains »,
Huile sur bois 80 x 60 cm

« Je peins sur panneau de bois de résineux de très haute qualité, à partir d’une préparation que j’exécute moi-même. Ce support résistant et parfaitement lisse me permet d’obtenir un rendu proche de l’hyperréalisme.

Je commence par un dessin fouillé de manière à avoir une bonne vision globale du tableau.

Pour l’exécution à l’huile, je travaille par couches successives. J’ébauche avec le médium gras flamand du Chevalet Blanc, en version moyenne. Je laisse cette première couche sécher calmement pendant une semaine.

Jean Pierre PAILLARD, "La cascade des Anglais", (détail)
Jean Pierre PAILLARD, « La cascade des Anglais », (détail)


« En deuxième couche, je poursuis toujours avec le même médium, mais éventuellement dilué à l’essence de térébenthine pour commencer à précisément les formes. »

Pour le travail de la troisième couche, j’apprécie le médium en version onctueuse qui favorise l’obtention de modelés très fins. J’y ajoute, cependant, un peu de vernis mastic afin d’accroître tout à la fois sa fluidité et sa transparence. Sur ce point, la présentation des médiums du Chevalet Blanc sous forme de flacons est bien pratique, car elle permet de varier le dosage des composants en fonction des effets recherchés. »

Jean Pierre PAILLARD, "La cascade des Anglais", (détail)
Jean Pierre PAILLARD, « La cascade des Anglais », (détail)

« Lors de la quatrième couche, je précise les détails, en particulier dans les lumières. Je poursuis donc au médium en version onctueuse, toujours additionné d’un peu de vernis, mais je l’émulsionne avec le liant aqueux. Le produit obtenu autorise un rendu fluide, mais sans aucun coulant. Je pose ainsi tout autant de délicates opalescences que des rehauts particulièrement lumineux. »

« Pour finir, je travaille d’ultimes glacis au médium gras en version tirante, toujours enrichi d’un peu de vernis mastic. Ce médium autorise la pose d’ombres très profondes, parfaitement transparentes et dont le placement se fait avec une extrême précision. »

Jean Pierre PAILLARD, "La cascade des Anglais", (détail)
Jean Pierre PAILLARD, « La cascade des Anglais », (détail)


Jean Pierre PAILLARD, "La cascade des Anglais", (détail)
Jean Pierre PAILLARD, « La cascade des Anglais », (détail)

« Les recettes qui accompagnent la livraison des flacons du Chevalet Blanc me conviennent particulièrement, car je recherche une peinture, fine, onctueuse, souple, basée sur des modelés très fins, mais aussi sur la parfaite maîtrise de la touche. En ce sens, la thixotropie des médiums m’est infiniment précieuse, offrant une touche fluide, mais sans risque de voir la couche posée couler au-delà de la zone impartie. »

Jean Pierre PAILLARD, "La cascade des Anglais", (détail)
Jean Pierre PAILLARD, « La cascade des Anglais », (détail)


« J’essaie actuellement le médium MAROGER, réputé pour sa fluidité, combiné avec l’huile en version onctueuse, et le médium à siccativité renforcée qui me permet de reprendre plus rapidement. J’attends le médium laque flamand, qui n’est pas encore commercialisé, pour améliorer encore mes glacis. Mais je ne suis pas pressé. La patience est l’une de mes qualités ! »

Pour contacter Jean Pierre PAILLARD, écrire au 1, rue de Sévigné 35131 CHARTRES de BRETAGNE ou téléphoner au 02 99 79 11 36 – portable : 06 17 28 21 17 – Mail : paillard.jeanpierre@sfr.fr

Identifiant SIRET : 332 780 220 00031

Merci et bonne peinture dans la joie d’un travail plus facile et parfaitement durable !

Vous êtes utilisateur des produits du Chevalet Blanc et vous souhaitez laisser un message. N’hésitez pas à vous rendre sur le Forum. Merci à vous.

De même, si vous souhaitez un complément d’information, adressez-nous un mail. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre très rapidement.

vibert-banniere-atelier-des-fontaines.gif

 CopyrightFrance.com